27 février 2012

Velouté de panais/poire rôtis et crème balsamique




Petit aller-retour fort sympathique entre le Japon et la France.
Sous forme d'abécédaire, ce livre nous décrit avec légèreté les mille et une différences de nos civilisations.
Un joli voyage tout en douceur et poésie.

Extraits:

Café Doutor
Les amoureux japonais des cafés Doutor ne se parlent pas, ne se tiennent pas la main, regardent leur thé au lait.
Ils picorent à deux un gâteau Mont Blanc (mon boulant) durant des heures, sans rien dire. On dirait qu'ils s'ennuient,
mais peut-être que non.
Parfois l'un bâille et l'autre sourit, attendri, en penchant la tête de côté.
Puis ils s'en vont, avec leur amour sans paroles, comme une mélodie pour piano seul de Mendelssohn.

Café parisien
A Paris, aux terrasses des cafés, le serveur vous balance, rogue et soupçonneux:
"J'peux vous encaisser ?", à peine la tasse flanquée sur la table, le papier du sucre flottant dans le jus de la soucoupe,
la note bien en évidence. Autant dire qu'il faut payer illico.
Au Japon, où l'on fait une chose à la fois et dans des lieux appropriés, on règle avant ou après,
jamais pendant, et jamais à l'endroit où se prennent doucement le thé, le repas.

Douceur
Tout est plus doux au Japon. Même les éponges à récurer.

Esquive (art de l')
Ca s'annonce mal, on marche à grands pas sur un trottoir où débouche justement
en sens inverse un petit groupe de piétons en grande conversation, et qui ne vous regarde
absolument pas. La collision semble inévitable et, pourtant, c'est en douceur que s'effectuera
le croisement quasi surnaturel de vos personnes intactes.
Ni vu ni connu, on vous avait vu.

Marques
Au Japon, on aime les sacs Vuitton, et l'on trouve élégant tout ce qui porte une marque visible et européenne.
Nous raffolons des objets Muji - ce qui, pourtant, veut dire "sans marque".

Raconter
Si on demande à un étudiant japonais de raconter ses grandes vacances, il dira qu'il a passé
deux jours dans son pays natal. Impossible d'en savoir plus sur les deux mois restant.
Peut-être le bonheur ne se raconte-t-il pas.

Feuilles mortes
En France, on peut shooter dans les tas de feuilles mortes. Au Japon, c'est difficile, il semblerait
qu'elles soient ramassées une par une et au fur et à mesure de leur chute. Peut-être même en plein vol. C'est fort possible.

La main heureuse
Au Japon, il y a toujours des taxis la nuit, avec des chansons mélancoliques pleines d'adieux, de mouchoirs,
de bateaux qui s'éloignent. Ils sont bleu céladon, jaune d'or ou bicolore framboise-vanille, avec un trèfle vert sur le côté,
ou un croissant de lune sur le toit. On lève la main et une voiture s'arrête, à quelques pas devant, là, sur le pont.
La portière arrière s'ouvre automatiquement, la porte du coffre aussi, si vous avez un bagage. On entre, un peu inquiet tout de même, parce que la rue est déserte, qu'il fait sombre de l'autre côté du pont, que le chauffeur a des gants blancs et une casquette de capitaine, et vous ne pouvez voir ni ses oreilles de Spock ni son petit doigt d'Envahisseur. Il vous emporte dans son taxi plein de chansons tristes et d'appels radio, un soir d'été et de solitude, sans un mot vers la Voie lactée.

Wisigoths
Il y a une façon d'éplucher les mikan (mandarines) d'une seule pièce en reconstituant parfaitement la forme du fruit avec l'écorce. C'est d'ailleurs la seule façon. Quand on a vu faire un Japonais, on se sent tout simplement barbare.


Velouté de panais


Ingrédients pour 2 personnes:
  • 250 g de panais
  • 1 poire (environ 180 g)
  • 20 g d'huile de tournesol
  • 1 échalote
  • 600 ml de bouillon de volaille
  • 250 ml de lait
  • sel/poivre
  • crème balsamique
  • ciboulette
Eplucher le panais, la poire, l'échalote et les couper en morceaux moyens.
Disposer dans un plat allant au four, arroser d'huile puis saler et poivrer.
Mélanger et mettre dans le four préchauffé à 230 C.
Cuire 35 minutes ou jusqu'à ce que l'ensemble soit rôti et fondant.
Penser à remuer de temps en temps durant la cuisson.
Disposer le tout dans un blender.
Mélanger le bouillon et le lait puis en verser une partie dans le blender.
Mixer jusqu'à la consistance d'un velouté en ajoutant petit à petit du liquide.
Verser dans une casserole et réchauffer.
Dresser dans les bols et décorer d'un filet de crème balsamique
et d'un peu de ciboulette ciselée.

10 commentaires:

  1. Je suis d'accord avec toi c'est un joli voyage en douceur et en poésie! J'aime!

    RépondreSupprimer
  2. Il est très interessant ce livre, en tout cas il me plait bien et me parle un peu comme je travaille dans un environnement presque totalement japonais :)
    je n'ai encore jamais cuisiné le panais en velouté mais ta recette donne envie, elle a l'air toute douce avec la poire !

    RépondreSupprimer
  3. C'est vrai qu'il n'y a pas de "je t'aime" dans la langue japonaise... En même temps, les yeux brillants (et friands ?) suffisent...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

      Supprimer
  4. il me plait déjà ce livre, le savoir-vivre au japon n'est certes pas le même qu'en Occident… une pointe de nostalgie dans mon cœur… je vais me procurer ce livre au plus vite

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il est tout chou ce livre, tu verras, il fait sourire et parfois le coeur vibre.

      Supprimer
    2. je l'ai mis dans ma valise, je le lirai à la montagne la semaine prochaine… mais je n'ai pas pu m'empêcher de lire quelques bribes de-ci de-là, ça me plait définitivement !

      Supprimer
  5. J'ai découvert ton blog par Very Easy Kitchen, je l'aime beaucoup, c'est beau chez toi ! Vive le panais sous toutes ses formes (moi, je le préfère encore en dessert ;-) ... ) ! Bonne journée !

    RépondreSupprimer
  6. Merci Hélène, cela me touche.
    Peut-être bien que j'essaierai ta version panais-dessert ! La crème que tu proposes me tente beaucoup :)

    RépondreSupprimer